Somalie: explosion kamikaze à Mogadiscio

La police mène l'enquête sur les lieux de l'attentat kamikaze qui a frappé ce matin le sud de la capitale somalienne, Mogadiscio : le «Village restaurant».taurant
©

Un homme s'est fait exploser devant un restaurant du sud de la capitale somalienne, Mogadiscio. Outre le kamikaze, un homme a été tué et on déplore plusieurs blessés parmi les clients du «Village restaurant», un établissement qui accueille régulièrement des fonctionnaires gouvernementaux et des journalistes. L'attaque n'a pas encore été revendiquée mais l'ombre des Shebabs plane sur le pays.

L'établissement avait déjà été ciblé par un attentat suicide en 2012. Attaque qui avait fait une quinzaine de morts. Le ministre somalien de la Sécurité intérieure, Abdirisak Omar Mohammed, précise l'enchaînement des faits à RFI.

« C’est un kamikaze qui est entré dans un restaurant, dans le sud de Mogadiscio. Alors qu’il entrait, les gens se sont apercus qu’il portait des explosifs sous sa veste, des fils accrochés à sa poitrine. Alors tout le monde est sorti du restaurant, vite, avant qu’il n’ait eu le temps d’actionner le bouton. Mais l’explosion a eu lieu, en dehors du restaurant. Il s’est fait exploser devant, et il est mort dans l’explosion. Une autre personne est aussi décédée, une personne qui passait dans la rue », rapporte le ministre.

« A l’heure actuelle, on est encore en train d’enquêter, on ne peut pas dire si cette attaque, ou celle d’hier, relèvent des Shebabs ou non », précise Abdirisak Omar Mohammed. Vendredi déjà, des hommes armés avaient ouvert le feu devant une mosquée, dans un quartier sud de la capitale somalienne. Un homme que la police présente comme citoyen turc était décédé dans l'attaque. « En tout cas, aucune revendication n’est arrivée pour le moment, poursuit le ministre, mais ça ressemble aux attaques qu’ils ont déjà menées dans Mogadiscio par le passé ».

Attaque contre un poste de police

Un commissariat de la capitale a également été la cible d'une attaque vendredi soir, ce qui porte à trois au total les attentats perpétrés à Mogadiscio depuis le début de l'année. Le ministre de la Sécurité intérieure somalien, estime que le passage en 2016 n'est pas étranger à la multiplication des attaques des présumées shebabs.

« Les Shebabs essaient de faire l’actualité parce que c’est la nouvelle année, donc ils veulent garder une influence sur la population civile, estime Abdirisak Omar Mohammed. Hier soir par exemple, ils ont essayé d’attaquer un poste de police ici à Mogadiscio. Mais tous ceux qui ont lancé l’attaque ont été tués par les forces de sécurité, à part un qui a été fait prisonnier. »

Le ministre se dit néanmoins « très confiant sur la capacité des forces de police à les combattre ». « Ils doivent agir comme cela aujourd’hui pour prouver qu’ils existent, ils sont dans une phase terminale, analyse-t-il. Heureusement, ils n’ont pas fait beaucoup de victimes jusqu’à présent, et on le doit beaucoup à nos forces de police, qui ont eu un entrainement et une expérience. »