Burundi: explosions près de la mairie de Bujumbura

Vue de Bujumbura.
© AFP/Carl de Souza

Au Burundi, des explosions se font fait entendre lundi 4 janvier dans plusieurs quartiers de Bujumbura. Au moins deux obus de mortier sont tombés à proximité de la mairie et une attaque à la grenade a eu lieu dans le sud de la capitale. Le bilan est d’au moins trois blessés.

Les faits se sont déroulés vers 11h du matin, heure de Bujumbura. Selon Freddy Mbonimpa, le maire de la ville, il y a eu deux explosions, l’une en face de son bureau et l’autre 20 mètres plus loin. Comme plusieurs témoins, il évoque des obus de mortier de 60 millimètres. Mais pour la police, il s’agit de projectiles, tirés depuis la rue, par deux personnes à moto.

Les suspects ont été poursuivis par les forces de l’ordre, mais ils ont finalement disparu, après avoir revêtu des tenues policières. Deux femmes ont été blessées par ces explosions, l’une au bras, l’autre aux jambes. Cette dernière risque d’être amputée, selon le porte-parole de la police.

Des témoins racontent qu’un important dispositif policier a été mobilisé dans le quartier, ce qui a provoqué un mouvement de panique chez les habitants et la fermeture des magasins. La cible de ces tirs reste inconnue à l’heure actuelle.

Attaque à la grenade à Musaga

Au même moment, trois grenades ont explosé dans le quartier contestataire de Musaga, dans le sud de la capitale. L’une d’entre elles visait une patrouille des forces de l’ordre. Un civil a été blessé, il s’agit d’un taxi-moto, selon la police. C’est dans ce même quartier, Musaga, que le chanteur « Lisuba » a été tué par la police dimanche 3 janvier.

Par ailleurs le ministère de la Sécurité publique s’est félicité d’avoir pu assurer la tranquillité des fêtes de fin d’année. Malgré cela, la police déplore dix explosions de grenades dans la capitale et affirme avoir saisi un lance-roquette, une trentaine de fusils et le même nombre de grenades et d’obus au cours de cette période.