RDC: la Lucha s'inquiète du sort de deux de ses militants emprisonnés

Les conditions de détention sont difficiles à la prison centrale de Goma.
© (Photo : AFP)

En République démocratique du Congo, des militants du mouvement de la société civile Lucha, ont été empêchés de rendre visite à deux de leurs camarades actuellement en prison à Goma, dans le Nord-Kivu. Le mouvement s'inquiète des conditions de détention réservées à Juvin Kombi et Pascal Byumanine, détenus depuis le 28 novembre et poursuivis pour six chefs d'inculpation dont « association de malfaiteurs », « rebellion » et « incitation à la révolte ».

En RDC, le mouvement citoyen Lucha, Lutte pour le changement, s’inquiète des conditions de détention réservées à ses deux militants, Juvin Kombi et Pascal Byumanine, arrêtés le 28 novembre dernier après une manifestation à Goma et détenus depuis à la prison de Munzenze.

Selon leurs avocats, ils sont poursuivis pour six chefs d’inculpation dont « association de malfaiteurs » - car la Lucha n’est pas enregistrée au registre des associations -, ainsi que pour rebellion et incitation à la révolte. Ils doivent être entendus par les juges le 21 janvier prochain à Goma. Mais lundi 4 janvier 2016, une vingtaine de militants de leur mouvement disent avoir été empêchés de leur rendre une visite collective organisée par le mouvement.

Lorsque nous sommes arrivés à la prison, la police était déployée partout. Nous avons avancé pour entrer et nous avons vu le directeur. Il nous a dit qu'il ne voulait pas que nous entrions pour visiter nos amis. Il nous a proposé d'entrer avec un groupe de cinq, car il a considéré que nous étions en grand nombre et que nous pouvions provoquer du désordre dans la prison. Alors qu'il y a déjà des groupes que nous avons vu entrer à l'intérieur, des groupes religieux, des groupes associatifs. Nous étions 23 seulement ...
Ghislain Muhiwa
06-01-2016 - Par Florence Morice

Début décembre, le maire de Goma avait interdit toutes les activités de la Lucha de nature à troubler l’ordre public.