RDC: dans la région d'Uvira, la population victime de malnutrition

Uvira, Sud-Kivu, RDC, 05 janvier 2015. Une route serpentant le flanc verdoyant d’une colline.
© Monusco/Force

Les services de sécurité congolais se disent inquiets par rapport aux informations faisant état d’infiltrations de rebelles burundais sur leur sol. Dans la plaine de la Rusizi, sur le territoire d'Uvira, les pillages des groupes armés et notamment burundais ont un impact direct sur la santé de la population. Reportage dans un centre de santé de la plaine.

« Ça, c’est la malnutrition. » Un médecin de Kiliba est catastrophé : « Il arrive des fois que l’on soit appuyé par Caritas [fondation catholique de lutte contre la pauvreté]. Là, on leur fait quelques aliments adaptés. Quand il n’y en a pas, il n’y en a pas. Depuis que je suis dans ce village, c’est la première fois que ce problème atteint des [niveaux] très aigus comme ça. »

Parmi les conséquences, de cas graves d’anémie : « Tous ces enfants ici ont eu la transfusion. Je les ai tous transfusés. »

Et si même après les soins, les mères restent là dans le centre de santé avec leurs enfants : « Nous n’avons pas d’argent pour aller à l’hôpital, répond l'une d'elles. Nous manquons d’argent puisque il y a celui qui a enlevé [volé] toute la nourriture. 

RFI : Dans les champs ?

Oui. Il a enlevé ça. C’est lui qui a volé les champs. Celui qui vient du Burundi. »

Si les FNL sont pointés du doigt pour le vol des récoltes dans les Moyens Plateaux, les groupes locaux sont eux accusés de voler le bétail créant des conflits intercommunautaires.

« Le village n’a pas d’entreprises, explique encore le médecin de Kiliba. Les uniques fonctionnaires, ce sont le soignant et l’enseignant. Tout le reste, ce sont des agriculteurs. Et quand ils ne vivent plus de cette agriculture, l’impact économique s'en ressent. »

A cela s’ajoute l’impact de la mosaïque du manioc, une maladie qui envahit les champs, causant des faibles rendements. Dans ce centre de santé, on dit ne pas avoir vu de tels cas de malnutrition depuis la fin de la guerre.