Mali: pourquoi le cantonnement des groupes armés n'a pas commencé

Des combattants du MNLA, l'un des groupes armés de la CMA, dans le nord du Mali, en février 2015.
© REUTERS/Souleymane Ag Anara

Le processus de cantonnement des groupes armés traine en longueur. Cette disposition phare de l'accord de paix signé en juin dernier par le gouvernement malien et les groupes armés du Nord prévoit de regrouper et de circonscrire ces combattants dans des sites spécifiques. Mais plus de six mois après la signature de l'accord, ce cantonnement n'a toujours pas commencé.

Le cantonnement des groupes armés, anciens rebelles de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) ou combattants pro-gouvernementaux de la Plateforme, est une première étape sur la voie de leur réinsertion dans la vie civile ou de leur réintégration dans l'armée nationale du Mali. Ce processus est mené par les parties signataires de l'accord de paix d'Alger, gouvernement et groupes armés, avec le soutien de la Mission des Nations unies au Mali (Minusma).

Samba Tall, en charge de ce processus au sein de la Minusma, explique les raisons des retards accumulés. « Des commissions nationales devaient être créées de manière consensuelle entre les trois parties signataires. Ça a pris un peu de temps, reconnaît-il. Il y a des listes aussi de combattants qui devaient être fournies par les partis signataires qui ne l’ont pas encore été. Ce sont tous les retards accumulés dans le processus de paix qui ont eu un impact sur cette partie qu’est le cantonnement. »

Un décret créant les commissions nationales nécessaires a été adopté en Conseil des ministres, il y a dix jours. Leurs membres n'ont pas encore été nommés. Quant aux groupes armés, ils se sont engagés à fournir la liste de leurs combattants, d'ici une semaine.

Onze sites validés

S'agissant de la sélection des sites de cantonnement, elle avance, explique Samba Tall. « Vingt-quatre sites ont été proposés par la Plateforme et la CMA, quinze ont déjà fait l’objet d’une évaluation technique, détaille-t-il. Onze ont été validées et trois ont été désignées en priorité pour la construction. »

Aucun budget définitif, ni aucune date limite n'ont encore été fixés.

►A (RE)LIRE : J.-H. Jézéquel: au Mali, il y a «de nombreux retards» sur l'accord de paix