Afrique du Sud: face à une vague de racisme, Zuma appelle à l'union

Le président sud-africain (à gauche), également leader de l'ANC, au pouvoir dans le pays, célèbre le 104e anniversaire de son parti le 9 janvier 2016, en compagnie du vice-président Cyril Ramaphosa (à droite)..
© REUTERS/Siphiwe Sibeko

En Afrique du Sud, le président Jacob Zuma a dénoncé le démon du racisme, ce samedi 9 janvier. Il s’exprimait lors des célébrations annuelles de la naissance du Congrès national africain (ANC), le parti au pouvoir, alors que le pays est sous tension après des propos racistes postés sur les réseaux sociaux ces derniers jours.

C’est devant plusieurs milliers de personnes rassemblées pour fêter les 104 ans de l’ANC que le président Jacob Zuma a appelé à l’unité entre blancs et noirs. Un appel alors que le pays est profondément choqué depuis une vague de propos racistes postés sur les réseaux sociaux, notamment ceux d’une femme comparant les noirs à des singes qui « envahissent les plages publiques et y jettent leur détritus ».

L’incident a scandalisé, et relancé le sujet sensible de relations entre les blancs et les noirs 21 ans après la fin de l’apartheid. Pour Jacob Zuma, ces gens vivent dans le passé. « Il est clair qu'il y a une minuscule minorité de gens dans notre pays qui nourrissent toujours le désir d'avoir des infrastructures séparées et qui idolâtrent les leaders de l'apartheid, a déclaré le chef d'Etat sud-africain. Ces gens ne représentent pas la vraie nature de la nouvelle Afrique du Sud. Ils vivent dans le passé. »

→ Ecoutez aussi : 20 ans après l'apartheid, où en est l’Afrique du Sud?

Cette semaine, l'ANC a porté « plainte pour outrage » contre l’auteure de ces propos. Le parti au pouvoir s'est déclaré favorable à une législation pour criminaliser les actes qui perpétuent le racisme et glorifient l'apartheid.