Afrique du Sud: dégringolade du rand à son plus bas niveau

Un commerçant compte les rands dans sa boutique de Hillcrest, à l'ouest de Durban, le 11 janvier 2016.
© REUTERS/Rogan Ward

En Afrique du Sud, la monnaie nationale sud-africaine, le rand, a dégringolé dans la nuit de dimanche à lundi 11 janvier sur les marchés internationaux. Il a ainsi atteint son plus bas niveau, s’échangeant 17,99 rands contre 1 dollar. Cela fait des semaines que la devise sud-africaine est mal en point et les propos du chef de l’Etat du week-end n’ont pas aidé.

Le rand n’arrête pas de dégringoler. Le mois dernier déjà, la monnaie nationale a fortement chuté, après la décision du président Zuma de remplacer son ministre des Finances, Nhlanhla Nene, par un inconnu.

Dimanche soir, le chef de l’Etat a réitéré. Dans une interview à la télévision nationale, Jacob Zuma a, à nouveau, tenté de justifier sa décision provoquant une nouvelle baisse de la devise.

« Le rand avait déjà commencé à baisser quand Nene était là. Dire que le rand a chuté parce qu’il est parti, ce n’est pas vrai. Et il y a une raison pour laquelle nous l’avons déplacé. Nous voulions le mettre à la tête de la banque des Brics [groupe de cinq pays: Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud]. Donc, je pense que tout cela a été exagéré », a déclaré le président sud-africain.

Certes, la mauvaise tenue de la monnaie nationale est liée à un ralentissement global de l’économie, notamment chinoise, mais les économistes estiment que les propos, plus qu’ambigus, du chef de l’Etat n’aident pas à instaurer la confiance en l’économie sud-africaine.

Ce week- end, le président Zuma a relancé le débat sur la réforme agraire faisant allusion à l’expropriation des terres au Zimbabwe. A peine de quoi rassurer les investisseurs.