Côte d’Ivoire: spéculations sur la composition du futur gouvernement

Daniel Kablan Duncan, le Premier ministre ivoirien, a été reconduit dans ses fonctions.
© gouv.ci

La Côte d'Ivoire est toujours dans l'attente de la formation du nouveau gouvernement. Six jours après la démission de Daniel Kablan Duncan et sa reconduction les spéculations vont bon train sur ceux qui seront ou qui ne seront pas de la nouvelle équipe dirigeante.

Des 31 ministres qui composent le gouvernement sortant, combien se retrouveront au palais présidentiel demain mercredi pour le nouveau Conseil des ministres ? En Côte d'Ivoire, chacun y va de son pronostic et du petit jeu des devinettes.

Avant son triomphe du 25 octobre 2015, le candidat président Ouattara avait laissé entendre qu'en cas de réélection, il voulait un gouvernement rajeuni et féminisé. Avec cinq femmes seulement sur une équipe sortante de 31 membres, il ne devrait pas être difficile de faire mieux en la matière, mais les choix de Daniel Kablan Duncan et d’Alassane Ouattara permettront-ils d'atteindre les 30% de femmes escomptées dans l'équipe gouvernementale ?

Place à la société civile ?

L'autre aspect est le rajeunissement et le renouvellement de certains cadres du gouvernement : Patrick Achi, Remi Allah Kouadio, Charles Diby Koffi, Hamed Bakayoko, Moussa Dosso, Cissé Bacongo et Albert Mabri Toikeusse sont ministres sans discontinuer depuis au moins onze ans, soit plus de deux quinquennats. S'il est peu probable qu'Alassane Ouattara se sépare de fidèles collaborateurs comme Bakayoko à l'Intérieur ou d'alliés politiques comme Mabri Toikeusse au Plan, il se murmure du côté de la présidence que certains ministères comme celui de la Justice ou des Affaires étrangères pourraient faire les frais des remous liés au mandat d'amener d'une juge française contre Guillaume Soro.

Certains ministres accepteraient de partir d'eux-mêmes pour laisser la place aux jeunes. Peut-être est-ce le cas de Patrick Achi, le recordman de longévité puisqu'au gouvernement depuis 16 ans. Enfin, si certains personnages de la société civile pourraient faire leur entrée dans la nouvelle équipe, le président ne fait pas mystère de son intention première : choisir une équipe immédiatement opérationnelle pour mener à bien les objectifs fixés pour son dernier quinquennat.