RDC: les écoles ont ouvert au Sud-Kivu mais la situation reste bloquée

Rentrée des classes 2015 dans une école de République démocratique du Congo.
© RFI/Léa-Lisa Westerhoff

Les cours dans les écoles du Sud-Kivu ont repris ce lundi matin dans un climat tendu entre les enseignants, les parents d'élèves et le gouvernement provincial. A l'origine des tensions, la volonté des associations des parents d'élèves d'arrêter de payer les primes des enseignants. Mais l'Etat ne prenant pas en charge leurs salaires, les professeurs ne sont pour la plupart plus payés. La plupart des écoles ont rouvert dans la province, mais la situation reste bloquée.

Les syndicats de parents d'élèves restent fermes : les parents ne paieront plus les primes des enseignants du Sud-Kivu. Roger Mataboro est le secrétaire provincial d'un syndicat d'enseignants, il estime que cette décision pose une question pragmatique sur la poursuite des cours: « La première question est de savoir si ces enseignants qui ne sont pas payés peuvent continuer à travailler jusqu'à ce que l'Etat les prenne en charge. »

Son syndicat attendra jusqu'au 25 janvier, date à laquelle le paiement des salaires par l'Etat est attendu, avant de décider de continuer ou non à donner des cours. Du côté du gouvernement, on appelle néanmoins les enseignants à la patience. « Je ne pourrais pas affirmer que ce mardi ou ce mercredi, tous les enseignants seront pris en charge, admet Bernadette Masoka, la ministre de l'Education de la province du Sud-Kivu. Mais ce que je peux confirmer, c'est que vu le nombre d'enseignants qui ne sont pas encore dans le circuit de paye, on est en train de le diminuer petit à petit. »

Cela fait deux mois que les parents d'élèves du Sud-Kivu demandent la prise en charge des professeurs par l'Etat.