Accord de libre-échange: Washington maintient la pression sur Pretoria

John Kerry s'adresse aux représentants des pays membres de l'Agoa, le 4 août 2014, à Washington DC.
© AFP PHOTO / Karen BLEIER

L'Afrique du Sud a jusqu'au 15 mars pour lever ses barrières commerciales, ou elle sera suspendue de l'Agoa. C'est ce qu'a annoncé ce lundi le président américain Barack Obama. L'Agoa c'est ce traité de libre-échange entre les Etats-Unis et l'Afrique. Washington et Pretoria sont engagés dans un bras de fer concernant l'importation de viande en provenance des Etats-Unis. Un accord a été trouvé la semaine dernière, mais Washington continue de faire pression.

L'Afrique du Sud est confiante, elle ne sera pas exclue de l'Agoa. Les premières importations de viande américaine devraient arriver dans le pays avant la mi-mars. Washington et Pretoria se sont mis d'accord la semaine dernière sur les derniers points de contention notamment les standards sanitaires concernant la volaille.

L'Afrique du Sud s'inquiétait des récentes épidémies aux Etats-Unis et exigeait que la volaille américaine soit certifiée « exempte de salmonelle ». Selon Kevin Lovell, président de l'association sud-africaine de volaille, un accord a bien été trouvé. Washington fait juste pression.

« Il n'y a plus de blocage, assure-t-il. Et d'ailleurs quand notre gouvernement a publié les directives le 18 décembre, notre marché était officiellement ouvert à la volaille américaine. Le problème est que les Etats-Unis voulaient que nous réduisions nos standards sanitaires et ils attendent de voir comment nous allons réagir. »

Les viandes de porc, de volaille et de boeuf américaines devraient donc être à nouveau disponibles en Afrique du Sud d'ici le mois de mars. Ce qui ne réjouit pas l'association sud-africaine de volailles qui dénonce le dumping de produits américains. Mais selon cette organisation, c'est le prix à payer pour que l'Afrique du Sud puisse continuer à exporter sans taxes ses produits agricoles vers les Etats-Unis.