Congo: l’opposition participera à la présidentielle du 20 mars

Des bulletins de vote lors du référendum sur la nouvelle Constitution du dimanche 25 octobre, au Congo-Brazzaville.
© AFP PHOTO

La toute première convention de l'opposition a vécu : à sa clôture ce mercredi, le Front républicain pour le respect de l'ordre constitutionnel et l'alternance démocratique (Frocad) et l'Initiative pour la démocratie au Congo (IDC) ont exclu tout boycott de la présidentielle anticipée du 20 mars. Mais ces deux plateformes, qui entendent étudier des stratégies pour leur candidature, ont brandi plusieurs conditions et exigences avant d'y aller.

Cette première convention de l’opposition, qui a pris plus de temps que prévu, a été marquée par la mise en place d’une coordination présidée par l’universitaire Charles Zacharie Bowao. Elle s’est surtout prononcée sur la présidentielle anticipée à laquelle les deux plateformes de l’opposition ne prendront part que si et seulement si elles obtiennent des conditions minimales qui se résument par la mise en place d’une commission électorale dont l’indépendance est reconnue par tous, un fichier électoral fiable expertisé par des observateurs internationaux et l’institution d’un bulletin unique.

Quant à la candidature éventuelle de l’opposition, toutes les options et stratégies restent à étudier, selon Charles Zacharie Bowao : « La stratégie de la candidature unique n’est donc pas exclue, elle est même pressante. La possibilité d’avoir quelques candidatures en fonction de la manière dont nous lirons le comportement du Code électoral nous permettra de tirer la conclusion qu’il faut et à temps. Entendu que nous entendons gagner si toutes les conditions sont réunies dès le premier tour ».

L’opposition exige enfin une concertation devant regrouper tous les acteurs électoraux avant l’élection dont le premier tour est fixé au 20 mars.