Tunisie: Nidaa Tounes et Ennahda continuent leur rapprochement

Beji Caïd Essebsi, président de la République tunisienne et fondateur du parti laïc Nidaa Tounes.
© AFP

Alors que ce jeudi 14 janvier, la population tunisienne célébrait le cinquième anniversaire de la chute du régime de Zine el-Abidine Ben Ali, rien ne va plus au sein du parti au pouvoir, Nidaa Tounes. L'éclatement est effectif depuis la semaine dernière et la démission d'au moins 21 députés du bloc parlementaire qui protestent notamment contre le fait que le fils du président de la République, Hafedh Caïd Essebssi, a pris sans consultation les rênes du parti. Mais pas seulement : le rapprochement qui s'opère entre le clan du fils Essebsi et les islamistes modérés du parti Ennahda inquiète aussi.

L'image a choqué plusieurs députés de Nidaa Tounes au point de les convaincre de démissionner. Au Congrès du parti, samedi dernier, le chef d'Ennahda, Rached Ghannouchi, est debout à la tribune à quelques mètres du président de la République Beji Caïd Essebsi, le fondateur du parti laïc. Le leader islamiste file la métaphore pour lier le destin des deux formations : « La Tunisie est comme un oiseau dont les deux ailes sont Ennahdha et Nidaa ».

Tout les oppose pourtant. C'est contre Ennahda que le parti présidentiel avait gagné les élections il y a plus d'un an. Mais un rapprochement s'est opéré l'an dernier, lorsque faute de majorité claire, Nidaa Tounes s'est entendu avec les islamistes et leur a ouvert une représentation certes timide au gouvernement. C'est alors qu'apparaissent les premières divisions au sein de la formation présidentielle, certains dénonçant ce revirement.

La démission la semaine dernière d'une vingtaine de députés Nidaa Tounes a fait des islamistes le premier groupe au Parlement et des interlocuteurs encore plus incontournables du point de vue de Nidaa. Les islamistes, eux, n'ont jamais refusé de composer avec le pouvoir. Mais ce rapprochement n'est pas sans risque pour les deux formations qui devront convaincre leur base respective du bien-fondé de cette stratégie.