Afrique du Sud: la grogne étudiante monte à nouveau

Sit-in étudiant devant l'université du Cap, le 22 octobre 2015.
© REUTERS/Mark Wessels

Les grandes facs du pays ont rouvert leurs portes cette semaine pour les inscriptions, mais à Johannesburg et Pretoria des heurts ont déjà éclaté. Les étudiants demandent désormais la gratuité des études. Le mouvement semble donc reparti.

Quelques mois à peine après avoir obtenu le gel des augmentations des frais universitaires, les étudiants demandent aujourd'hui une université gratuite pour tous. Jeudi, le ministre à la Présidence, Jeff Radebe, a annoncé une enveloppe de près de 500 millions d'euros supplémentaires pour aider les plus pauvres à s'inscrire.

Mais il a mis en garde contre tout débordement dans les universités. « Toutes actions destinées à perturber les cours ou qui créent des attentes déraisonnables et impossibles à atteindre sont contre-productives. La violence et l'intimidation ne sont pas acceptables », a-t-il prévenu.

Un rapport sur la faisabilité

Le gouvernement a également annoncé la création d'une commission chargée d'étudier la faisabilité d'une éducation gratuite. Celle-ci devra rendre son rapport d'ici quelques mois. Mais les étudiants ont prévenu : ils n'attendront pas la fin de l'année avant d'avoir une réponse.

Déjà dans plusieurs universités, notamment à Johannesburg et Pretoria, les inscriptions ont été suspendues, après que des heurts ont éclaté.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.