Afrique du Sud: la grogne étudiante monte à nouveau

Sit-in étudiant devant l'université du Cap, le 22 octobre 2015.
© REUTERS/Mark Wessels

Les grandes facs du pays ont rouvert leurs portes cette semaine pour les inscriptions, mais à Johannesburg et Pretoria des heurts ont déjà éclaté. Les étudiants demandent désormais la gratuité des études. Le mouvement semble donc reparti.

Quelques mois à peine après avoir obtenu le gel des augmentations des frais universitaires, les étudiants demandent aujourd'hui une université gratuite pour tous. Jeudi, le ministre à la Présidence, Jeff Radebe, a annoncé une enveloppe de près de 500 millions d'euros supplémentaires pour aider les plus pauvres à s'inscrire.

Mais il a mis en garde contre tout débordement dans les universités. « Toutes actions destinées à perturber les cours ou qui créent des attentes déraisonnables et impossibles à atteindre sont contre-productives. La violence et l'intimidation ne sont pas acceptables », a-t-il prévenu.

Un rapport sur la faisabilité

Le gouvernement a également annoncé la création d'une commission chargée d'étudier la faisabilité d'une éducation gratuite. Celle-ci devra rendre son rapport d'ici quelques mois. Mais les étudiants ont prévenu : ils n'attendront pas la fin de l'année avant d'avoir une réponse.

Déjà dans plusieurs universités, notamment à Johannesburg et Pretoria, les inscriptions ont été suspendues, après que des heurts ont éclaté.