Congo: la nouvelle Commission électorale boudée par l’opposition

Liste des votants dans un bureau de vote de Brazzaville lors du référendum constitutionnel au Congo, le 25 octobre 2015.
© REUTERS/Roch Bouka

Le Congo va disposer désormais d'une nouvelle loi électorale. Proposée par le gouvernement, elle a été adoptée ce jeudi par l'Assemblée nationale. Elle apporte des innovations en instituant une Commission électorale indépendante chargée d'organiser notamment la présidentielle du 20 mars. Mais, cette commission n'est pas du tout du goût de l'opposition.

La loi électorale, adoptée par la Chambre basse du Parlement, institue la Commission nationale électorale indépendante qui remplace la Commission nationale d’organisation des élections, opérationnelle depuis 2001. La Commission indépendante fait partie des nombreuses conditions de l’opposition regroupée au sein des plateformes, Initiative pour la démocratie au Congo (IDC) et Front républicain pour le respect de l'ordre constitutionnel et l'alternance démocratique (Frocad), pour participer à la présidentielle du 20 mars prochain.

Mais celle qui a été instituée jeudi est déjà boudée par les élus de l’opposition qui ont pris part à la plénière de l’Assemblée. Pour Honoré Sayi, député et porte-parole de l'Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS), le premier parti d’opposition, son manque d’indépendance est en cause : « C’est désormais une loi pour l’intérêt de la République, mais il faut estimer qu’elle n’a d’indépendance peut-être que la mention qui a trait à la question des ressources financières. Sinon pour le reste, on trouve encore une sorte de hiérarchie dans la gestion des élections, c’est-à-dire l’immixtion du ministère de l’Intérieur dans la gestion des élections. Cette commission devait avoir la gestion des opérations de vote aussi bien en amont qu’en aval ».

La nouvelle loi électorale qui passera par le Sénat avant sa promulgation introduit le bulletin unique. D’après la nouvelle loi, les frais de candidature à l’élection présidentielle passent de 5 à 25 millions de francs CFA.