Côte d'Ivoire: FPI après les disputes, le dialogue?

Pacal Affi N'guessan, à Abidjan au siège du FPI.
© AFP PHOTO / SIA KAMBOU

En Côte d'Ivoire, après l'entretien que nous a accordé Laurent Akoun, le président délégué du Front populaire ivoirien (FPI, tendance dissidente) concernant leur participation sous condition aux prochaines législatives et élections locales, l'autre aile du FPI (officielle), dirigée par Pascal Affi N'Guessan réagit. Tandis que les deux parties de ce parti d'opposition se sont disputées lors des mois précédant la présidentielle de 2015, on perçoit un infléchissement des positions pour les législatives de 2016. En tout cas, Agnès Monnet, la secrétaire générale et porte-parole du FPI se réjouit de cette position adoptée par l'autre frange du parti socialiste ivoirien. Elle le dit au micro de notre correspondant Frédéric Garat.

La politique, c'est la saine appréciation des réalités.
Agnès Monnet, secrétaire générale du FPI
15-01-2016 - Par Frédéric Garat

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.