Attaque de Ouagadougou: les questions sur l'identité des assaillants

Un gendarme devant le Splendid Hôtel à Ouagadougou, le 16 janvier 2016, au lendemain de l'attaque.
© REUTERS/Joe Penney

L'heure est aux interrogations au lendemain de la violente attaque qui a fait au moins 29 morts vendredi soir, à Ouagadougou. Elle a été revendiquée par la branche al-Mourabitoune, mouvement armé affilié à al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Les autorités se penchent désormais sur l'identité des assaillants.

Les forces spéciales affirment avoir tué tous les assaillants lors de leur intervention qui a duré une dizaine d'heures au Splendid Hôtel, dans le centre de Ouagadougou. Les témoins présents au moment de l'attaque vendredi soir décrivent des étrangers portant des armes en bandoulière et recouverts d'un grand turban.

Simon Compaoré, le ministre burkinabè de la Sécurité intérieure, affirme que trois jihadistes ont été clairement identifiés. « Le plus jeune ne doit pas avoir plus de 26 ans », indique ce responsable. Par ailleurs, selon le ministre, les deux véhicules utilisés par les assaillants sont immatriculés au Niger.

« Les assaillants ont-ils bénéficié d'un soutien local ? » S'interroge certains témoins. Ce samedi, les forces de sécurité évoquaient la présence de femmes parmi les assaillants trouvés dans le Splendid Hôtel.

Une partie du commando était déjà dans l'hôtel

« Il y avait des éléments précurseurs qui étaient déjà à l'hôtel, ajoute pour sa part Alpha Barry, le ministre des Affaires étrangères. Ils auraient participé à la prière de vendredi ». D'après le ministre, ces personnes ont ensuite été « rejointes le soir par le commando ».

Autres interrogations : y a-t-il un lien avec le rapt du couple australien survenu vendredi matin ? Ou encore avec l'attaque d'une caserne militaire qui s'est produite à Oursi, dans le Nord, vendredi ?