Germain Katanga: après la CPI, la RDC veut juger le milicien

Germain Katanga jugé par la CPI pour crimes de guerre.
© REUTERS/Michael Kooren

Germain Katanga ne sortira finalement pas de prison. Le milicien congolais avait été condamné par la Cour pénale internationale (CPI) en 2014 puis transféré à Kinshasa, il y a un mois, afin de finir sa peine en RDC. Il devait retrouver la liberté ce lundi, mais le ministre de la Justice a annoncé son maintien en détention. Germain Katanga est en effet encore poursuivi dans deux autres affaires.

D'abord, Germain Katanga doit être entendu pour son rôle dans l'assassinat de neuf casques bleus à proximité de Kafe, en Ituri, dans l'est de la RDC. C'était en 2005, les casques bleus, originaires du Bangladesh, étaient tombés dans une embuscade. Et c’est suite à ces assassinats que Germain Katanga avait été arrêté par les autorités congolaises, qui l'avaient ensuite livré à la CPI.

Une deuxième procédure est également ouverte contre lui. Cette fois, auprès de la justice militaire. On lui reproche d'avoir communiqué et d'être resté en contact avec certains généraux de l'armée pendant qu'il était en prison à La Haye. Le ministre n'a pas donné plus de précision concernant cette affaire.

Katanga pas encore agriculteur

Ce n'est donc pas aujourd'hui que Germain Katanga reprendra ses études et deviendra agriculteur comme il l'avait souhaité lors de son procès à la CPI. Procès au cours duquel il avait été condamné à 12 ans de prison pour sa complicité dans l'attaque d'un village qui avait environ 200 morts. Il était alors chef des Forces de résistance patriotiques en Ituri.

Une peine qu’il avait déjà effectuée en bonne partie en détention préventive. Comme il s’était bien comporté pendant sa détention et qu’il avait exprimé des regrets, il devait sortir avant la fin de sa condamnation. La justice congolaise en a décidé autrement.