LRA: le rebelle ougandais Dominic Ongwen devant la CPI

Dominic Ongwen, l'un des principaux chefs de la rébellion ougandaise de la LRA, lors de sa première comparution devant la Cour pénale intenationale (CPI), lundi 26 janvier 2015.
© PETER DEJONG / POOL / AFP

La première étape du procès Ongwen débute jeudi 21 janvier à La Haye avec l'audience de confirmation des charges et devrait durer six jours. Cet ancien rebelle de la LRA, arrêté en janvier 2015 en RCA, où le mouvement est encore actif, est accusé de plusieurs crimes de guerre et de crimes contre l'humanité. La CPI doit trancher si les charges sont suffisantes pour qu'il puisse être jugé. Un événement qui sera particulièrement suivi dans le nord de l’Ouganda où la rébellion a été très active. Ce procès soulève de nombreuses questions, notamment celle de la frontière entre victime et bourreau.

Dominic Ongwen est un ancien bras droit du chef de la rébellion de la LRA (l'Armée de résistance du Seigneur), Joseph Kony. Il est personnellement inculpé pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre par la Cour pénale internationale.

Pour Sam Okello, le directeur d'Hope North Uganda, une association d'aide aux victimes de la LRA, ce procès est essentiel. « Je pense que le procès d'Ongwen devrait refléter la justice, mais pas la justice pour le monde, mais pour les victimes, estime-t-il. La justice doit refléter les sentiments des victimes de la guerre et doit aussi donner aux responsables la connaissance pour comprendre qu'elle peut être faite, qu'importe l'endroit ».

Mais Dominic Ongwen a lui-même était enlevé par la rébellion alors qu'il n'avait qu'une dizaine d'années avant de devenir un personnage important de ce groupe armé. La frontière entre victime et bourreau est donc floue et devrait être éclaircie lors de ce procès, explique Daniel Ruhweza, juriste spécialiste de la justice internationale et de la justice transitionnelle.

« Est-ce que l'on peut cesser d'être une victime d'un côté et devenir un bourreau d'un autre ? C'est vraiment difficile, analyse-t-il. Nous attendons de voir la nouvelle jurisprudence que la Cour va donner et cette jurisprudence va être appliquée dans de nombreux cas qui seront portés devant la Cour dans le futur. »

Le procès Ongwen pourrait donc devenir un cas d'école. Le nord du pays particulièrement touché par les exactions de LRA attend de voir le verdict.