Attaque à Ouagadougou: visite de solidarité du président tchadien

Le président tchadien Idriss Déby Itno (c) aux côtés de son homologue burkinabè Christian Kaboré (d), sur les lieux de l'attentat à Ouagadougou, le 21 janvier 2016.
© Crédit AHMED OUOBA / AFP

Idriss Déby Itno et son homologue burkinabè Roch Kaboré ont visité ce jeudi 21 janvier à Ouagadougou l'hôtel Splendid et le café Cappuccino, théâtres vendredi d'une attaque terroriste ayant coûté la vie à trente personnes et occasionné une cinquantaine de blessés. En condamnant l'attaque, le chef d'Etat tchadien promet une lutte commune contre le terrorisme dans le cadre du G5 Sahel.  

Accompagné par son homologue burkinabè, Idriss Déby a visité l'hôtel Splendid et les décombres du café Capuccino. « C'est un espace d'horreur. Des innocents ont été abattus par des illuminés », a déclaré le président tchadien. Avant de condamner fermement ces attaques. « Ce qui est inacceptable », a-t-il martelé.

Et de poursuivre que cette attaque n'entamera en rien leur « volonté ferme de combattre par tous les moyens le terrorisme ». Pour Idriss Déby, le terrorisme est une épidémie pire que la fièvre à virus Ebola contre laquelle il faut « agir ensemble, faire face ensemble ».

Mais les maigres moyens dont dispose la sous-région ne suffisent pas pour combattre le terrorisme, sauf la mise en place d'une stratégie commune, a reconnu le  président en exercice du G5 Sahel.

Aux partenaires techniques et financiers des pays du Sahel, Idriss Déby lance un appel urgent. « Cette épidémie qui avance dans le Sahel, s'ils ne nous soutiennent pas, va faire beaucoup de dégâts sur tous les plans », prévient-il.

Avant de quitter l'avenue Kwame Nkrumah, Idriss Déby a invité les populations à refuser la violence et à aider les forces de défense en dénonçant « ces voyous qui sont aujourd'hui pleins dans la sous-région ».