Burkina Faso: l’économie touchée après l’attaque de Ouagadougou

Des soldats burkinabè patrouillent aux alentours du Splendid Hôtel, après l'attaque jihadiste qui a visé l'établissement et un café-restaurant.
© ISSOUF SANOGO / AFP

L'attentat de Ouagadougou a des conséquences économiques immédiates au Burkina Faso. Les premières activités à être affectées sont les lieux de restauration et les hôtels. Les artisans qui vivent du tourisme ont aussi de plus en plus de difficultés à joindre les deux bouts.

Les artisans bronziers en face de l'hôtel Indépendance ont déjà connu la destruction de l’hôtel Azalai pendant la révolution, puis le putsch de septembre et aujourd'hui l'attentat du Splendid. Un coup dur de plus pour Pascal et Rasmané, qui hésitent entre découragement et obstination à gagner leur vie :

« Avant la révolution, on faisait de bonnes affaires. Mais de nos jours, c’est trop dur. Honnêtement, ça se gâte et ça continue de se gâter. Vu que l’hôtel est saccagé, il y a moins de touristes, moins de Blancs. Mais on espère que les Blancs ne vont pas nous laisser tomber. »

Cette détermination à vouloir continuer de travailler, on la trouve aussi chez les hôteliers et les restaurateurs du Burkina Faso. A Bobo-Dioulasso, deuxième ville du pays, William compte bien continuer de recevoir des clients dans son hôtel :

« Dès le samedi, on a eu déjà plus de 60 nuitées annulées. Il ne faut pas se laisser impressionner, malgré tous ces moments très durs. Je pense qu’il faut continuer à lutter, à aller de l’avant par rapport à ça. »

Les acteurs économiques du pays disent vouloir continuer malgré le terrorisme. Ils attendent des autorités burkinabè qu'elles leur donnent les moyens de travailler en toute sécurité : « Si on se décourage, c’est fini ! On ne doit pas se décourager. Si on se décourage, on est mort. »