Sénégal: les députés divisés sur la révision de la Constitution

Le président sénégalais Macky Sall veut notamment réduire le mandat présidentiel de 7 à 5 ans.
© AFP PHOTO / THOMAS SAMSON

Au Sénégal, le président Macky Sall a présenté dimanche son projet de révision de la Constitution. Il porte notamment sur une promesse électorale : réduire le mandat en cours du chef de l’Etat de 7 à 5 ans. 14 autres propositions ont été faites, telles que donner plus de pouvoir à l’Assemblée nationale, donner aussi des droits et des devoirs aux citoyens. Ce projet est désormais entre les mains des sages du Conseil constitutionnel, qui doivent statuer sur sa légalité. Dans la classe politique, le débat est grand. Et les voix discordantes ne viennent forcément de là ou on les attend.

Dans la complexe marmite politique sénégalaise, il y a plus de 200 partis dans le pays, et le jeu consiste parfois à se démarquer de son chef. C’est le cas de Moustapha Cissé Lo, membre de l’APR, le parti dirigé par Macky Sall, mais aussi vice-président de l’Assemblée nationale.

Il est totalement contre le projet de révision de la Constitution, notamment sur la modification de la durée du mandat du chef de l’Etat. « Il est le leader de mon parti, c’est mon chef et sur ces questions je ne suis pas d’accord avec le président de la République et je ne le soutiendrais pas ! »

Au sein de l’opposition, si certains députés ont critiqué le package, le fait de proposer 15 modifications en même temps, le projet de réduction du mandat de 7 à 5 ans est par contre bien reçu. Mais la député de l’Union centriste, Khadija Diop, estime que la méthode va coûter cher. « 2016 aller à un référendum, 2017 aller aux élections. C’est un peu cher pour un pays comme le Sénégal », soutient-t-elle.

Au sein du PDS, le parti d’Abdoulaye Wade, une position commune sur le projet de révision n’a pas encore été établie. Le parti pousse pour que Macky Sall respecte sa promesse de campagne mais nombre de députés, à l’image d’Aida Mbodj, considèrent qu’un mandat de 7 ans est nécessaire pour gouverner.

« Le président Macky Sall est en train de faire une erreur ! estime-t-elle. Si l’on sait qu’on doit gouverner pour cinq ans, on élabore un système de planification. Apparemment nous avons élu un président qui n’a pas de programme ! »

Les députés ont rendez-vous ce jeudi à l’Assemblée pour les questions au gouvernement. La séance sera sans doute riche en débats.