Fifa: le sud-africain Tokyo Sexwale est-il trop discret?

Le Sud-Africain Tokyo Sexwale, le 2 octobre 2015, à Tel Aviv.
© AFP PHOTO / JACK GUEZ

La candidature du Sud-Africain Tokyo Sexwale à la tête de la Fifa a provoqué un vif débat. Alors qu’il est le seul candidat représentant le continent africain, on lui reproche d'être invisible. Sa fédération de football lui a demandé de venir s'expliquer sur sa campagne jugée un peu trop discrète.  

A la Fédération sud-africaine de football, on s'impatiente. Pour cause, les élections à la tête de la Fifa sont dans un mois, et Tokyo Sexwale est aux abonnés absents.

Homme d'affaires et ancien compagnon de prison de Nelson Mandela, il n'est pas issu du monde du football. Il s'est présenté comme le candidat du changement et de la transparence financière.

Le principal reproche : ne pas avoir visité les pays qui l'ont nominé pour le poste et d'avoir choisi d'être présent au Ballon d'Or organisé par la Fifa, plutôt qu'au gala de la Confédération africaine de football, la même semaine au Nigeria.

Perdre le vote du continent

Un journaliste sud-africain questionne : comment Sexwale peut-il être absent d'un gala où sont présentes toutes les fédérations du continent et ensuite leur demander de voter pour lui ?

Les 4 autres candidats pour le poste de président de la Fifa sont le prince jordanien Ali Bin Al Hussein, le cheikh Bahreïni Salman, le Suisse Gianni Infantino, et le Français Jérôme Champagne.

La Confédération africaine de football doit se réunir début février pour décider quel candidat elle soutiendra à la succession de Sepp Blatter. Mais pour la presse sud-africaine, Sexwale a déjà perdu le vote du continent.