Mali: les nouvelles régions prêtes à relever les défis

Ménaka, ville malienne qui était située dans la région administrative de Gao, est le nom de la deuxième nouvelle région dont le gouverneur
© RFI/David Baché

Le gouvernement malien a récemment nommé les gouverneurs de deux nouvelles régions administratives dans le nord du Mali, pour rapprocher d'avantage l'administration des administrés. Les deux nouveaux représentants de l'exécutif dans les nouvelles régions de Taoudéni, au nord-ouest, et Ménaka, au nord-est, s'apprêtent à prendre leurs fonctions rapidement pour relever les défis.

C’est depuis 2012, dans le cadre de la décentralisation et dans le but de rapprocher l’administration des administrés, que les deux nouvelles régions administratives ont été créées, mais sur papier.

Taoudéni, le nom de l’une des deux nouvelles régions administratives, est située au nord de Tombouctou. Le gouverneur nommé est un inspecteur des impôts, ancien sous-préfet. Abdoulaye Alkadi est également membre d’un groupe armé, le Mouvement arabe de l'Azawad (MAA), branche pro-gouvernementale.

Ménaka, ville malienne qui était située dans la région administrative de Gao, est le nom de la deuxième nouvelle région dont le gouverneur, Daouda Maïga, vient d’être nommé. Ce dernier est connu pour avoir dirigé le Programme intégré de développement rural de la région de Kidal, financé par des bailleurs étrangers.

Les deux hommes connaissent parfaitement le terrain, ils ne le cachent pas. Pour eux, la priorité des priorités est de mettre les services sociaux de base à la disposition des populations. Jusqu’à présent, on peut parcourir une centaine de kilomètres au Nord sans voir traces d’écoles ou d’un dispensaire.

Le Mali compte désormais dix régions administratives, et le district de Bamako. Mais à terme, comme le stipule l’Accord d’Alger, le véritable pouvoir dans les régions sera détenu par le président du conseil régional élu.