Tunisie: après les heurts, le temps des questions

Sécurisation de l'avenue Habib-Bourguiba à Tunis, le 22 janvier 2016.
© REUTERS/Zoubeir Souissi

C'est le retour au calme en Tunisie. Le pays est sous couvre-feu depuis trois jours et, hormis quelques vols, aucun débordement n'a été signalé ce dimanche 24 janvier. La fin de la semaine a été marquée par les prises de parole du président Béji Caïd Essebsi et du Premier ministre Habib Essid. Rentré en Tunisie samedi, celui-ci a appelé les jeunes à la patience. Le président et le Premier ministre ont tous les deux affirmé que des terroristes pourraient profiter de la situation. Comment ces discours ont-ils été reçus par la population ? Justine Fontaine a posé la question à des habitants de la capitale.

Le premier problème pour les jeunes Tunisiens, c'est le chômage.
Les réactions des Tunisiens après le mouvement de colère
25-01-2016 - Par Justine Fontaine