Madagascar: l'eau est-elle potable à Antananarivo?

La Jirama, compagnie d'électricité et d'eau de Madagascar
© DR.

L'eau du robinet est-elle potable à Antananarivo ? Le gouvernement a répondu à cette question par l'affirmative la semaine dernière, après une descente au centre de traitement des eaux de la Jirama, la compagnie des eaux et de l'électricité.

Analyses de l'Institut Pasteur à l'appui, l'eau d'Antananarivo est donc déclarée potable ou en tout cas conforme au décret relatif au contrôle des eaux destinées à la consommation humaine. Celui-ci indique que l'eau destinée à l'alimentation humaine « doit être si possible, sans odeur, sans couleur, sans saveur désagréable ». Sauf que depuis deux semaines, l'eau est trouble, voire boueuse dans certains quartiers.

« Tu vois de la boue »

Cela fait deux semaines que Bako, habitante d'un quartier populaire d'Antananarivo, ne boit plus l'eau du robinet : « Tu mets de l'eau dans un seau et après quelques heures, si tu utilises l'eau, tu vois de la boue, juste au fond du seau. On a dû faire bouillir de l'eau parce qu'on n'a pas les moyens d'acheter de l'eau en bouteille. Vendredi dernier, il n'y avait plus d'eau et on a dû chercher de l'eau de pluie ! »

La Jirama, compagnie des eaux, nous a communiqué des analyses effectués par l'Institut Pasteur. Selon le document, l'eau analysée respecte les critères fixés par le décret indiquant « que toute eau destinée à l'alimentation humaine ne doit jamais être susceptible de porter atteinte à la santé de ceux qui la consomment ». L'eau boueuse serait donc bel et bien potable selon le ministre de la Santé publique, le Dr Mamy Lalatiana Andriamanarivo.

« Laisser décanter un peu »

Pour celui-ci, « le nombre d'abonnés a été multiplié par deux et ils sont en train de faire des réparations. C'est normal que ce soit un peu trouble, si on peut dire. Mais les normes sont encore respectées. En cas de présence d'insalubrité, la consommation est arrêtée. Ce que je conseille, c'est de laisser décanter un peu. »

Le ministre de la Santé a également indiqué qu'aucune recrudescence de gastro-entérite n'a été enregistrée. Malgré ces déclarations, la population, elle, reste fortement sceptique.