Afrique du Sud: Thabo Mbeki règle ses comptes sur Facebook

L'ancien président sud-africain, Thabo Mbeki avait dû démissionner avant la fin de son mandat en 2008.
© AFP/ Kambou Sia

Huit ans après avoir quitté le pouvoir, l'ex-chef d'Etat sud-africain Thabo Mbeki publie une série de lettres ouvertes sur sa page Facebook dans lesquelles il revient sur sa présidence et tente de clarifier ce qu'il estime être des mensonges à son encontre.

C'est un Thabo Mbeki en colère qui s'exprime sur Facebook : sur ces relations tendues avec son vice-président de l'époque Jacob Zuma, un présumé complot interne à l'ANC pour le renverser, son autoritarisme, sa paranoïa.

Selon ses proches, l'ancien président de l’Afrique du Sud estime avoir été mal compris et veut donner sa version des faits.

Jusqu'à présent trois lettres ont été publiées. Dans la dernière, il nie notamment avoir limogé son vice-président Jacob Zuma, alors poursuivi pour fraude et corruption, ce qui avait provoqué une grave scission au sein du parti au pouvoir.

Désavoué par une majorité de son parti et accusé par la justice d'interférences politiques dans le procès de son rival, Thabo Mbeki avait dû démissionner avant la fin de son mandat.

Motivations floues

Aujourd'hui, nombreux s'interrogent sur les motivations derrière ces lettres ouvertes huit ans après que l’ex-président a quitté le pouvoir. Cherche-t-il à se venger de Jacob Zuma ? Tente-t-il d’effectuer un retour en politique ? Et jusqu'où ira-t-il dans ses révélations ?

Ses lettres ouvertes provoquent à nouveau des remous. Et ses critiques l'accusent de vouloir réécrire l'histoire.