Burkina Faso: où en est l'enquête sur l'attaque de l'hôtel Splendid?

Un policier français inspecte un véhicule brûlé devant le Splendid Hôtel à Ouagadougou, au Burkina Faso, le 17 janvier 2016.
© REUTERS/Joe Penney

Au Burkina Faso, 12 jours après les attaques de l'hôtel Splendid et du café Capuccino, qui ont fait 30 morts et 71 blessés dans la nuit du 15 au 16 janvier, l'enquête se poursuit. Le procureur a fait le point sur l’enquête ce matin.

Concernant les attaques terroristes du 15 janvier, un suspect est entre les mains des forces de sécurité. Cet individu dont l’identité n’a pas été dévoilée par le procureur est de nationalité burkinabè. Nous avons retrouvé un lien entre les assaillants et lui, indique le procureur du Burkina Faso. Les investigations sont en cours pour établir le niveau d’implication entre les deux parties.

Un autre suspect est également recherché. C’est l’occupant de la chambre 303 du Splendid, l’hôtel ayant servi de base de repli tactique aux assaillants. Il y a une probabilité qu’il y ait eu un contact physique entre l’un des assaillants et un occupant de l’hôtel, a affirmé un officier de gendarmerie. Quant à Adal Rhoubeid, candidat à la présidentielle nigérienne, et les six autres personnes, leur libération pour insuffisance de preuves ne signifie pas que c’est la fin de l’enquête à leur niveau, précise le procureur.

L'étau se resserre autour des jihadistes

Selon Maiza Sérémé, les assaillants étaient munis de fusils automatiques d’assaut du type AK-47, de grenades défensives et de combustibles dont la nature n’est pas encore déterminée, un matériel qui rapproche l’enquête de la filiale jihadiste, auteur de l’attaque du Radisson Blu à Bamako.

L’analyse des vidéos de surveillance du Splendid, du Cappuccino et de la mosquée jouxtant l’hôtel, révèle la présence de trois assaillants. Leur signalement correspond aux personnes abattues par les forces spéciales burkinabè.