Laurent Gbagbo devant la CPI: qu'en pensent les Ivoiriens?

Une fresque représentant l'ex-président Laurent Gbagbo, dans son village de Mama, dans l'ouest de la Côte d'Ivoire
© REUTERS/Thierry Gouegnon

Alors que le procès de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo et du l'ancien ministre de la Jeunesse Charles Blé Goudé s'ouvre à La Haye, à Abidjan, la population commente une procédure qui fut bien longue, comme le procès qui s'annonce. Les Ivoiriens s'interrogent aussi sur le fait que, parmi les acteurs antagonistes de la crise post-electroale, un seul « camp » est jugé.

Depuis 2010, nous savons qu'il y a deux camps. Et jusqu'à ce jour, six ans ont passé, il n'y a qu'un seul camp qui est vraiment mis sur le banc des accusés. Or la notion même de justice implique que les deux camps se retrouvent.
Les Ivoiriens regrettent que seul le camp Gbagbo soit devant la CPI
28-01-2016 - Par Frédéric Garat

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.