Gabon: la principale coalition d'opposition se déchire

La désignation de Jean Ping comme candidat unique de l'opposition ne fait pas l'unanimité.
© Creative commons

A huit mois de la prochaine élection présidentielle au Gabon, la principale coalition de l'opposition ne parle plus le même langage. Plusieurs membres rejettent la désignation le 15 janvier de Jean Ping comme candidat unique de ce Front uni pour l'alternance. Mardi, ses partisans ont élu un nouveau président de la coalition. De quoi énerver les autres membres.

Devant la presse ce mercredi à Libreville, Philibert Andjembé, proche de Jean Ping, a bombé le torse. C'est désormais lui le seul président du Front uni de l'opposition pour l'alternance (Fopa). « Je suis président du Front, il n’y a pas d’autre président du Front parce que c’est la majorité du Front qui m’a désigné, insiste-t-il. Kombila Koumba pourra rester avec les onze, mais les onze ne sont pas la majorité, c’est une minorité. »

Piqué au vif, le président en exercice dont le mandat n'est pas encore terminé a convoqué une réunion d'urgence. Tous les proches de Jean Ping sont écartés du directoire du Front.

Pierre André Kombila Koumba soutient qu'il reste l'unique président de cette principale coalition de l'opposition. « Leur regroupement est un regroupement de farceurs, c’est une vaste blague que vient de dire Philibert Andjembé, assure-t-il. Il faut noter que cette majorité-là est une majorité factice. Toutes les réunions qu’ils ont tenues se sont déroulées en dehors des données statutaires. »

Il y a donc désormais un fauteuil pour deux présidents. Lors de sa création, ce Front donnait pourtant l'allure d'être le principal dispositif pour chasser Ali Bongo du pouvoir. A huit mois de la prochaine élection présidentielle, les déchirements actuels de l'opposition semblent profiter au pouvoir en place.