L'Algérie suspend ses vols commerciaux vers la Libye

Un avion de la compagnie Air Algérie à Alger.
© AFP/FAYEZ NURELDINE

En Algérie, plus aucun vol ne part pour la Libye. Alger s'inquiète d'un déplacement de ressortissants marocains vers Tripoli puis la ville de Syrte pour y rejoindre les rangs de l'organisation de l'Etat islamique.

Au cours de la semaine, plus de 200 ressortissants marocains ont été arrêtés à l'aéroport d'Alger. En transit vers la Libye, ils n'étaient pas en possession des justificatifs nécessaires, selon les autorités algériennes. Ils ont donc été rapatriés au Maroc.

L'ambassade marocaine est alors prévenue d'un flux inhabituel de passagers, en provenance de Casablanca et à destination de la Libye. Enfin, après la rencontre entre le président Abdelaziz Bouteflika et le Premier ministre libyen du nouveau gouvernement d'union nationale, Alger annonce qu'elle suspend tous ses vols commerciaux vers la Libye jusqu'à nouvel ordre.

Les mesures de vigilance ne s'arrêtent pas là. Depuis quelques jours, selon le journal El Watan, les travaux le long de la frontière marocaine se sont accélérés. Au départ, il s'agissait de renforcer la lutte contre l'immigration illégale et la contrebande. Il y a plus d'un an, le Maroc devait dresser une barrière de grillage, l'Algérie creuser une tranchée.

Aujourd'hui, ces travaux se font sous la surveillance d'hélicoptères. La tranchée a été élargie. Les effectifs des forces de sécurité ont été doublés sur les 1 600 kilomètres de frontière avec le Maroc. Alger avait déjà déployé 40 000 militaires le long de la frontière libyenne.