Burundi: libération des deux envoyés spéciaux du «Monde»

Jean-Philippe Rémy (g) et Philip Moore à leur sortie du bureau du procureur à Bujumbura, le 29 janvier 2016.
© AFP

Au Burundi, les deux journalistes du « Monde », le reporter Jean-Philippe Rémy et le photographe Phil Moore, arrêtés jeudi 28 janvier à Bujumbura, ont été libérés ce vendredi.

Après leur audition par le procureur de la République, aucune charge n'a été retenue contre les deux envoyés spéciaux du Monde au Burundi, Jean-Philippe Rémy et Philip Moore. « Il n’y aucune charge qui a été retenue contre eux, ce qui est normal puisqu’ils étaient simplement en train de faire leur métier de journaliste et d’enquêter dans un quartier où il y a une forte contestation du régime en place », commente Jérôme Fenoglio, le directeur du quotidien, sur RFI.

Si les deux journalistes ont été libérés, leur matériel professionnel a été confisqué. Téléphones, carnets de notes, enregistreur, appareils photo, tout a été saisi. « Il n’y a aucune raison puisqu’il n’y a aucune charge retenue contre eux, insiste Jérôme Fenoglio. Par ailleurs, cela pose un vrai problème que ce matériel ne soit plus en leur possession, parce qu’à l’intérieur, il y a aussi les contacts, leurs sources… Il n’y a donc aucune raison que les autorités prennent connaissance de ces documents et de ces données ».

Les deux journalistes ont été arrêtés jeudi avec quinze autres personnes dans les quartiers de Nyakabiga et Jabe. L’opération, menée grâce à l’aide d’un informateur au sein de la population, a permis la saisie de plusieurs armes : un mortier, une kalachnikov et des pistolets.

Les autorités ont affirmé que Jean-Philippe Rémy et Philip Moore étaient accompagnés d’hommes armés au moment de leur interpellation, ce que nie Jérôme Fenoglio. Selon le directeur du Monde, le photographe britannique était en train de faire un reportage lorsque des incidents ont éclaté. « Il n’était pas spécialement avec des hommes armés, il était simplement en train de faire son boulot », affirme Jérôme Fenoglio. Jean-Philippe Rémy, lui, venait le chercher lorsqu’il s’est fait arrêter.

Jean-Philippe Rémy est un journaliste aguerri et fin connaisseur de l'Afrique. Il dirige le bureau régional du journal Le Monde à Johannesburg, en Afrique du Sud. Il est arrivé au Burundi le 19 janvier. Il est déjà venu plusieurs fois en reportage dans ce pays, y compris depuis le début des tensions.

Phil Moore, quant à lui, est un photojournaliste indépendant, selon son site internet. Agé de 36 ans, il est basé à Berlin, en Allemagne. Il travaille pour plusieurs médias français et internationaux, dont l'Agence France-Presse et Le Monde.