Sénégal: le pays poursuit son chemin contre la corruption

Le Forum civil, engagé dans la lutte anti corruption, organise également des rencontres et ateliers citoyens, comme celui-ci, lors de la «semaine de la citoyenneté active», en décembre dernier.
© DR / Forum civil

Comme chaque année, depuis 1995, Transparency International publie les résultats de l’Indice de perception de la corruption (IPC). L’étude est menée à l’échelle mondiale. Cette semaine, RFI s’est rendue à la publication du rapport sur le Sénégal et a assisté à la conférence de presse tenue par le Forum civil à Dakar.

« L’heure est au combat contre la corruption », précise Babacary Faye, du Forum civil qui a mené cette étude au Sénégal.

Il s’agit d’un seul petit point mais il permet au Sénégal - qui obtient la note de 44 sur 100 - de rester sur une évolution positive, engagée il y a trois ans. Deux secteurs sont particulièrement visés pour mener cette étude, à savoir les administrations et les partis politiques.

« Nous sommes toujours dans la progression mais l’année dernière on avait un bond de deux points. Cette année, on a juste un bond d'un point : 44 sur 100. Ceci montre que le Sénégal n’est pas encore sorti de la zone rouge parce que pour sortir de la zone rouge, il faut impérativement avoir 50 sur 100 », a expliqué Babacary Faye.

Birahim Seck collabore également au Forum civil et interpelle les autorités sur les solutions pour sortir de cette zone rouge, notamment la nécessité de clarifier le fonctionnement des partis politiques et de certaines organisations de la société civile.

« La classe politique de façon globale et l’affaire Lamine Diack ont suffisamment montré que le financement des partis politiques et des ONG, organisations de la société civile, est fait de façon occulte. Donc les instruments sont là mais ce sont des instruments quand même inefficaces, pour le moment, pour lutter contre la corruption », a tenu à souligner Birahim Seck.

Avec ses 44 points sur 100, le Sénégal a du chemin à faire pour rejoindre le Botswana avec 63 points et le Cap-Vert qui a obtenu 55 points. Le pays reste néanmoins loin, très loin devant le Mali, qui s’est vu attribuer 35 points, de la Côte d’Ivoire avec 32 points ou encore du Tchad et de la RDC qui ont obtenu 22 points sur 100.