Afrique du Sud: la polémique des aides aux étudiantes vierges enfle

Un cours à l'université Sinenjongo de Cape Town.
© wikimedia/cc vgrigas

Dans la municipalité d'Uthukela, dans la province du Kwazulu Natal, une bourse d'étude spéciale est offerte aux jeunes filles ayant obtenus de bons résultats scolaires... à condition que celles-ci soient toujours vierges. Les étudiantes sélectionnées devront même être l'objet de tests de virginité deux fois par an et risquent de se voir retirer cette aide financière si elles perdent leur virginité. Depuis, la polémique enfle.

Les plaintes se multiplient contre la bourse universitaire controversée. La Commission sud-africaine des droits de l'homme a donc décidé d'ouvrir une enquête, épaulée par la Commission pour l'égalité entre les sexes.

Les organisations plaignantes dénoncent une bourse attribuée sur des critères discriminants. Elles s'insurgent particulièrement contre les tests de virginité que devront subir les seize jeunes filles bénéficiaires de cette aide financière.

Selon les organisations, il s'agit d'une « pratique intrusive, traumatisante et sexiste ». Le parti d'opposition Alliance démocratique a également saisi la Commission des droits de l'homme, pour faire supprimer cette bourse controversée ...

Face à cette fronde, la mairesse de la ville d'Uthukela a pris elle-même la parole pour défendre son initiative. Elle estime notamment que cette bourse ne fait que récompenser « des pratiques qui existent depuis toujours dans la tradition zoulou ».

Les juristes de l'ONG Lawyers for Human Rights estiment pourtant que si « chacun a le droit de pratiquer sa religion et sa culture » comme il l'entend, le gouvernement ne peut imposer « une discrimination de fait ».