Election présidentielle au Bénin: 36 candidatures validées

L'actuel président du Bénin Boni Yayi cèdera sa place en février prochain. Conformément à la Constitution, il ne peut pas prétendre à un troisième mandat.
© © AFP PHOTO / POOL / MUJAHID SAFODIEN

La Cour constitutionnelle béninoise a terminé d'examiner la recevabilité des candidatures pour l’élection présidentielle qui se tiendra le 28 février prochain. Elle a ainsi transmis vendredi 29 janvier une liste de 36 candidats à la Commission électorale nationale autonome.

Les électeurs béninois auront l'embarras du choix. Trente-six candidats vont se disputer leurs suffrages. Ils ont franchi l'étape de la visite médicale organisée au plus haut niveau par la Cour constitutionnelle et qui s'est déroulée sur trois jours en début de semaine. C'est vendredi 29 janvier que le collège de médecins a rendu ses conclusions à la Cour.

Trente-six postulants, c'est un record pour le Bénin. Ils étaient même 48 à avoir déposé leurs dossiers à la Commission électorale nationale autonome (Céna) entre le 9 et le 12 janvier derniers. Trois se sont retirés et la Cour a jugé irrecevables neuf candidatures pour non-paiement ou retard dans le règlement de la caution de 15 millions de francs CFA.

Dans cette liste de candidatures validées, bien entendu, certains semblent avoir plus de chances d'accéder au palais présidentiel que d'autres. Parmi eux : Abdoulaye Bio Tchané, troisième de la présidentielle de 2011 ; Pascal Irénée Koupaki, ancien Premier ministre de Thomas Boni Yayi ; les hommes d'affaires Patrice Talon et Sébastien Ajavon ; et le Premier ministre Lionel Zinsou.

Trois femmes et deux frères

De nombreuses personnalités issues de la mouvance présidentielle figurent parmi les prétendants, tels Marcel de Souza, ancien ministre du Développement et beau-frère du président Thomas Boni Yayi, l'ancien chef de la diplomatie Nassirou Bako Arifari ou encore Alexandre Hountondji, ex-conseiller du chef de l'Etat.

Deux généraux, Robert Gbian et Fernand Amoussou ainsi que trois femmes dont l’ancienne garde des Sceaux Marie-Elise Gbedo, pour la quatrième fois, sont également en lice. Enfin, pour certains, ce scrutin sera une affaire de famille. Les Ajavon comptent deux candidats, le patron des patrons Sébastien ainsi que son frère aîné Gabriel.