RDC: Tshisekedi dit non à Kabila, mais le PPRD reste confiant

Etienne Tshisekedi, photographié en octobre 2012 lors d'une rencontre avec le président français François Hollande à Kinshasa.
© JUNIOR KANNAH / AFP

En République démocratique du Congo, le chef historique de l'opposition a refusé de participer au dialogue national convoqué par le président Kabila. Et cela fait réagir dans la classe politique. Mais le parti au pouvoir, le PPRD, se dit confiant. Selon son secrétaire général adjoint, l'UDPS d'Etienne Tshisekedi finira par accepter de participer au dialogue.

Dans une lettre adressée au médiateur de l'Union africaine Edem Kodjo, Etienne Tshisekedi a expliqué récemment que son parti, l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) ne pouvait participer à un dialogue convoqué par le président Joseph Kabila.

Car celui-ci est juge et partie, plaide l'opposant, qui demande donc à Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations unies, de mandater un médiateur ou un facilitateur international pour mettre en place ce dialogue en RDC.

Face à la position du leader de l'UDPS, le député Shadari Ramazani, secrétaire général adjoint du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) de Joseph Kabila, se dit néanmoins confiant. Selon lui, Etienne Tshisekedi ne fait que ménager la base de son mouvement politique :

Nous sommes sereins. Si vous lisez la lettre de Tshisekedi comme il se doit, il n'a pas refusé le dialogue
Ramazani Shadari, secrétaire général adjoint du PPRD
31-01-2016 - Par RFI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.