Afrique du Sud: les versements suspects de l'Agence nationale du rail

Un train à grande vitesse sud-africain dans la gare de Pretoria (archives 24 juin 2011).
© AFP PHOTO / ALEXANDER JOE

En Afrique du Sud, le journal Rapport révèle que la police anti-corruption enquête sur un versement controversé de 4,6 millions d'euros réalisé par l'Agence nationale du rail (Prasa) au bénéfice d'une femme d'affaires et d'un avocat, tous deux proches de Jacob Zuma. Ces versements suspects auraient été réalisés en marge d'un contrat de plus de 200 millions d'euros pour l'achat de nouvelles locomotives. Mais il pourrait s'agir d'un « immense scandale de corruption » selon le journal.

C'est Auswell Mashaba, un entrepreneur lié à l'agence nationale du rail Prasa qui aurait effectué ces versements à deux proches de Jacob Zuma. 4,6 millions d'euros ont été partagés entre Maria da Cruz Gomes, une femme d'affaires angolaise à laquelle le président sud-africain rend régulièrement visite et l'avocat George Sabelo, un associé d'un des fils du chef de l'Etat.

Ce juriste controversé avait déjà été épinglé dans une autre affaire de corruption datant de 2013. Il était alors soupçonné d'avoir détourné 640 000 euros, en marge d'un contrat de la compagnie nationale Petro SA.

Selon le journal, les documents en possession de la police anti-corruption des Hawks font état d'une réunion entre des membres de l'agence nationale du rail Prasa et l'entrepreneur Auswell Mashaba.

Ce dernier aurait indiqué lors de cette rencontre avoir reçu des instructions pour effectuer des versements à « des personnes haut placées » et des membres « du mouvement » en marge d'un contrat pour l'achat de nouvelles locomotives.

L'Agence nationale du rail a signé deux énormes contrats controversés pour acquérir 70 locomotives et 600 trains. Mais la presse sud-africaine avait déjà révélé il y a quelques mois que certaines locomotives étaient trop larges pour entrer dans les dépôts ferroviaires de Prasa.