CPI: patron de l’UA, Idriss Déby dénonce un «deux poids deux mesures»

Le président tchadien Idriss Déby vient de prendre la président de l'UA, le 31 janvier 2015.
© REUTERS/Tiksa Negeri

Le Tchad a pris la présidence tournante de l’Union africaine ce week-end. Idriss Déby succède au Zimbabwéen Robert Mugabe à la tête de l’organisation panafricaine. Lors de sa conférence de presse finale, à l'issue du sommet de l'UA, le président tchadien est revenu sur la position de l'Union africaine vis-à-vis de la Cour pénale internationale, où se poursuit ce lundi 1er février le procès de l'ancien président ivoirien, Laurent Gbabgo. L’UA accuse la CPI ne s'en prendre qu'aux Africains.

C’est le constat que nous avons fait. La CPI s’acharne beaucoup plus sur l’Afrique, sur les chefs d’Etat africains, même des chefs d’Etat en exercice, des hommes aussi politiques, alors qu’ailleurs dans le monde beaucoup de choses se passent, beaucoup de violations des droits de l’homme flagrantes – je dis bien flagrantes-, mais personne n’est inquiété.
Idriss Déby
01-02-2016 - Par Christophe Boisbouvier

Découvrez notre enquête sur la Cour pénale internationale: cliquez sur l'image ci-dessous ou sur le lien ici, si la photo n'apparaît pas. 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.