CPI: la défense de Charles Blé Goudé entre en scène

Charles Blé Goudé devant le CPI, le 28 janvier 2016.
© Peter Dejong / POOL / AFP

Le procès de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé se poursuit à La Haye devant la Cour pénale internationale. Ce lundi, la défense de l’ancien président ivoirien a présenté sa thèse. Aujourd'hui, c'est au tour des avocats de Charles Blé Goudé.

Sans surprise, lundi, les avocats de l'ancien président ivoirien ont nié en toutes les charges retenues contre ce dernier. Ils ont accusé Alassane Ouattara d'avoir pris le pouvoir par « la force », avec l'appui de la France qui aurait cherché ainsi à « punir » Laurent Gbagbo pour son engagement contre la Françafrique.

Ce mardi, c’est la défense de Charles Blé Goudé qui est entrée en scène. Et les avocats du chef des jeunes Patriotes, menés par maître Geert Alexander Knoops, ont tenté de démontrer qu’il n'y avait pas de plan commun de 2001 à 2011.

L'avocat crie à l'innocence de son client : « Les accusations du procureur témoignent d’un certain aveuglement, Monsieur le président. C’est en se penchant sur la vraie histoire d’un homme que l’on connaît sa vraie nature. Nous allons vous prouver que Charles Blé Goudé était loin d’être un homme violent. C’est un homme de justice. Avant la crise, pendant la crise et après la crise, nous allons vous montrer, preuves à l’appui, un homme qui a cherché à réunifier son peuple et à lancer des appels au dialogue, un homme qui tout au long de sa vie s’est battu pour le respect de la loi, la loi et l’ordre, le respect des différences ethniques et religieuses, sans aucune forme de discrimination. »

Pour les avocats de Charles Blé Goudé, le seul plan existant était celui monté par les forces pro-Ouattara pour renverser Laurent Gbagbo : « Nous allons vous montrer que Charles Blé Goudé n’a pas pu participer à un présumé plan commun qui aurait, comme l’affirme le procureur, été établi dès 2001. »