Mali: des hommes d'un groupe pro-Bamako sont entrés dans Kidal

Kidal, ville du nord du Mali et fief des ex-rebelles de la CMA, en septembre 2015.
© Photo MINUSMA/Marco Dormino

Des combattants pro-gouvernementaux du Gatia ont fait irruption mardi à Kidal, fief des ex-rebelles de la CMA, dans le nord du Mali. Pas d’affrontements, pas de tirs, mais depuis une situation extrêmement tendue. Cela faisait pourtant quatre mois que ces deux mouvements travaillaient ensemble à l’application de l’accord de paix et avaient fait taire les armes.

Le Gatia est entré à Kidal ce mardi matin à l’aube. Au moins une cinquantaine de pick-up chargés d’hommes en armes sont arrivés dans la ville du nord du Mali. Mais aucun affrontement n’a été signalé entre les ex-rebelles de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), qui contrôlent la ville - Kidal est même leur fief - et les combattants pro-Bamako du Gatia, qui étaient toujours dans la ville, mardi soir.

L’origine de cette irruption inattendue, c’est un désaccord sur la date et surtout sur les modalités du retour du Gatia dans la ville de Kidal. Des négociations avaient déjà été entamées sur le sujet entre les deux mouvements. C’est le degré d’implication, de représentation du Gatia dans les commissions de gestion de la ville qui pose problème.

Préserver le cessez-le-feu

Le Gatia a-t-il voulu montrer ses muscles pour peser sur ces négociations ou s’agit-il simplement d’un malentendu, comme l’affirment certains représentants ? En tout cas, des deux côtés, on joue l’apaisement. Cela faisait quatre mois que les deux mouvements, ennemis d’hier, s’étaient réconciliés.

C’est ce qu’il s’agit de préserver et c’est ce qu’on affirme des deux côtés : pas question de faire parler les armes, les discussions se poursuivent pour trouver une issue pacifique à la situation.

► A (RE)LIRE: Avancées et blocages dans la mise en œuvre de l’accord de paix malien