RDC: ouverture d’un procès pour trafic de minerais dans l’ex-Katanga

Le procès s'est ouvert devant le tribunal de grande instance de Lubumbashi, le lundi 1er février.
© Photo: Oasisk; source: Wikipédia

En RDC, un procès sur le commerce de minerais s’est ouvert devant le tribunal de grande instance de Lubumbashi, le lundi 1er février. Depuis plusieurs années, l’ex-gouverneur de l’ex-Katanga avait interdit l’exportation de cette roche non traitée. Mais le mois dernier, quatorze camions chargés de ces minerais bruts ont été interceptés à la frontière avec la Zambie.

Le coup de filet provient de la cellule du Commissariat général à l’énergie atomique : elle avait repéré la radioactivité émise par ces minerais bruts.

La cargaison saisie appartenait aux établissements Dragon Mining international basés à Kolwezi. Selon une source proche de l’enquête, le transitaire serait un ancien agent de l’agence Pôle express appartenant à un pasteur local.

Au total, six personnes, parmi lesquelles quelques responsables de la compagnie minière, ont été inculpées dans cette affaire.

Changer la nature des minerais

Alors que le procès s’est ouvert, certains s’inquiètent d’une levée de la saisie sur les camions incriminés. On laisse entendre qu’il y aurait eu des tractations autour de ce convoi pour le faire libérer sans attendre la décision de justice.

Les accusations vont plus loin : on tenterait même de changer sur papier la nature des minerais. Il pourrait être désormais question des minerais concentrés, donc des minerais traités qui peuvent être exportés.

Or, Dragon Mining international ne possède pas un seul concentrateur capable de produire ces minerais exportables.