Une plainte déposée en France pour détention arbitraire de Karim Wade

Karim Wade a été condamné à six ans de prison pour enrichissement illicite en mars 2015. Ici, le 6 décembre 2012 lors d'un meeting politique.
© REUTERS/Joe Penney/Files

Au Sénégal, les avocats de Karim Wade demandent la libération immédiate de leur client et annoncent avoir déposé plainte mardi à Paris auprès du tribunal de grande instance pour détention arbitraire. Cette démarche fait suite à la diffusion en fin de semaine dernière de l’avis du groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire, qui a confirmé son premier avis diffusé en avril 2015 et qui estime que la détention préventive de Karim Wade est arbitraire.

En déposant plainte à Paris, Karim Wade tente un coup et cette nouvelle action a surpris tout le monde. Ses avocats clament haut et fort qu’ils ne font pas confiance à l’institution judiciaire au Sénégal d’où cet appel à la justice française.

« Le groupe de travail est parti de la détention préventive. Il dit que toute la détention de Karim Wade est arbitraire et la détention arbitraire un crime en droit français, donc nous pensons sérieusement que cette plainte est recevable », explique Maître Amadou Sall, qui fait partie de l’importante équipe qui défend Karim Wade.

L’Etat sénégalais est également défendu par une batterie de juristes. Maître Felix Sow rappelle que le groupe de travail des Nations unies a demandé une réparation pour la détention préventive de Karim Wade et que réparation pour le préjudice subi ne veut pas dire libération. « Le dépôt d’une simple plainte est pour moi un non-événement. L’avis parle d’une indemnisation intégrale du préjudice qu’il aurait subi du fait de cette détention provisoire qui est une phase de la procédure qui s’est soldée par un arrêt de condamnation. Il ne faut pas confondre libération et réparation », rappelle-t-il.

La présidence ne le confirme pas, mais c’est apparemment après ses déclarations le week-end dernier, en affirmant être en phase avec le groupe de travail de l’ONU, que la ministre conseillère du chef de l’Etat Macky Sall, Amsatou Sow Sidibe, a été limogée ce mardi.