RDC: la société civile s’inquiète de l’absence de calendrier électoral

Kinshasa, 3 décembre 2011. Un agent électoral de la Céni au milieu des sacs de bulletins de vote.
© © AFP / Gwenn Dubourthoumieu

En RDC, des organisations de la société civile s'inquiètent de l'absence de calendrier clair pour les opérations électorales. La Commission électorale a annoncé son intention de lancer le 10 février prochain un appel d'offres pour acheter le matériel nécessaire à la révision du fichier électoral. Une opération qui pourrait prendre plus d'un an. Or c'est en novembre prochain que la présidentielle doit se tenir si les délais prévus par la Constitution sont respectés. La Coalition pour le respect de la Constitution dit constater que plus de trois mois après la décision de la Cour constitutionnelle enjoignant la Céni à publier un calendrier réaménagé, cette dernière ne s'est toujours pas exécutée.

Ce qui nous inquiète, c’est que les opérations qui sont menées par les dirigeants de la Céni, en dehors d’un calendrier électoral réaménagé et publié, puissent constituer en réalité une stratégie pour plus tard allonger le temps qui est nécessaire pour l’organisation des élections et notamment [celle] du président de la République.
George Kapiamba
03-02-2016 - Par Sonia Rolley

La Coalition pour le respect de la Constitution s'inquiète également de la fermeture de médias proches de l'opposition, mais aussi des entraves à la liberté d'expression et de réunion. Dernier cas relevé par Me George Kapiamba : au Sud-Kivu, où toute conférence ou réunion doit être d'abord approuvée par le maire de la ville. Il dénonce aussi l'absence de volonté de libérer ce qu'il qualifie de prisonniers politiques. Il appelle le chef de l'Etat à les libérer.