Algérie: un réseau de recrutement de l’EI mis à jour

Policiers algériens devant le camp de réfugiés de Tindouf où trois Européens avaient été capturés en octobre 2011.
© Reuters

Coup de filet en Algérie : les services de sécurité ont mis la main sur un réseau de recrutement de l'organisation de l'Etat islamique. Une trentaine de personnes ont été arrêtées la semaine dernière. Et ce jeudi, le ministère de l'Intérieur tunisien annonce avoir arrêté un terroriste algérien qui était en route vers la Libye.

C’est la presse qui rapporte que 32 personnes ont été arrêtées, il y a une semaine, à Boumerdès, la région qui se situe entre la capitale et la Kabylie. Selon les services de sécurité, c’est le deuxième plus important réseau de l’organisation de l’Etat islamique dans le pays. L’année dernière déjà, 21 personnes avaient été arrêtées.

Parmi les personnes arrêtées la semaine dernière, il y avait quatre femmes. Et selon les services de sécurité, ce réseau recrutait pour envoyer des jihadistes combattre en Libye, où le groupe Etat islamique contrôle la ville de Syrte. Il y a un mois, l’armée algérienne avait déjà interpellé deux hommes qui tentaient de se rendre en Libye. Ils étaient alors chargés de récolter de l’argent pour aider les combattants à passer les frontières.

D’après le journal El Watan, trois Algériens de l’organisation de l’Etat islamique, partis combattre en Syrie, sont rentrés en Algérie pour relancer la branche algérienne de l’organisation. L’un de ces trois hommes est passé par la Tunisie pour rentrer en Algérie. Et au mois de novembre, Tunis avait prévenu Alger qu’une vingtaine de combattants algériens serait revenue de Syrie.

Vigilance au plus haut niveau

En Algérie, on parle peu de l'organisation de l'Etat islamique, mais le pays est bel et bien concerné. C’est l’EI qui avait revendiqué l’assassinat du Français Hervé Gourdel fin 2014. Depuis l’armée algérienne a abattu plus d’une vingtaine d’hommes en Kabylie, dont les leaders du groupe des soldats du califat. Malgré tout, l’organisation a mis en ligne ces derniers mois plusieurs vidéos où elles menacent l’Algérie.

On sait aussi que deux groupes terroristes affiliés à al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), à Constantine et à Skikda, ont fait défection pour prêter allégeance à l’organisation de l’Etat islamique. Mercredi, dans un discours, le chef d’état-major algérien, Ahmed Gaïd Salah, a évoqué les menaces terroristes intérieures et extérieures et a appelé les services de sécurité à maintenant une vigilance au plus haut niveau. La semaine dernière, l'Algérie a suspendu ses vols directs vers Tripoli et envoyé des renforts à la frontière marocaine, après avoir constaté un flux inhabituel de Marocains en transit vers la Libye.