Vers un déblocage des processus d’adoptions d’enfants congolais?

La RDC bloque depuis septembre 2013 la sortie du territoire d’enfants adoptés légalement par des étrangers.
© AFP PHOTO / LIONEL HEALING

C’est un dossier qui est quasiment au point mort depuis septembre 2013 : l’adoption d’enfants congolais par des couples étrangers. Les autorités de Kinshasa bloquent le processus depuis l’apparition de rumeurs de maltraitance concernant ces enfants adoptés. Résultat : 1 200 enfants congolais attendent de rejoindre leur famille, 306 de ces enfants devraient rejoindre des familles françaises. Le sujet a été abordé ce mercredi 3 février à l’Assemblée nationale, lors d’une rencontre entre des députés français et le ministre de la Justice congolais, Alexis Thambwe Mwamba.

Le ministre de la Justice a tenté de rassurer tant bien que mal les députés français. Une commission interministérielle congolaise est chargée d’étudier chaque procédure d’adoption. Et selon Alexis Thambwe Mwamba, un tiers des dossiers est aujourd’hui jugé conforme : « D’après le rapport que j’ai de la Commission, il faut considérer que sur l’ensemble, je ne parle pas simplement des dossiers français mais de tous les autres dossiers, nous avons à peu près 30 % des dossiers qui sont tout à fait réguliers, nous avons 25 % des cas qui sont régularisables. Et là, nous allons voir avec la commission et les familles qui ont adopté pour remplir certaines conditions. »

Pour les dossiers jugés réguliers, la situation devrait se décanter assez vite, dans le courant du mois, a précisé le ministre.

Crainte d'un verrouillage législatif

Pour les autres, cela prendra plus de temps, d’autant que le gouvernement congolais vient d’entériner un projet de loi sur l’adoption internationale. Ce projet vise à durcir l’adoption d’enfants congolais, un nouveau texte qui inquiète le député socialiste Philippe Baumel, président du groupe d’amitié France-RDC : « Il ne faudrait pas que le contexte législatif rattrape le travail d’une commission qui reste quand même très lent et finalement, ferme les possibilités d’adoption, voire reviennent sur des actes juridiques qui ont été pourtant posés par les juges congolais. »

 → A (RE)LIRE : Enfants bloqués en RDC: «pourquoi on ne peut pas être ensemble?»

Pour tenter de faire accélérer les procédures, une mission de parlementaires français se rendra début avril à Kinshasa. Elle rencontrera à cette occasion les autorités congolaises et se rendra auprès des enfants adoptés par les familles françaises.