Afrique du Sud: ensemencer les nuages pour lutter contre la sécherese?

Des plants de maïs brûlés par le soleil à Hoopstat, en Afrique du Sudn ke 13 janvier 2016.
© REUTERS/Siphiwe Sibeko

L'Afrique du Sud va importer six millions de tonnes de maïs. Soit la moitié de sa récolte annuelle habituelle, a annoncé vendredi le gouvernement. Les producteurs sud-africains qui habituellement exportent leur maïs vers les pays voisins ont vu leur récolte décimée par la sécheresse. La pire en 30 ans selon les services météo. Et alors que le manque de pluies persiste, le débat sur l'ensemencement des nuages refait surface.

L'ensemencement des nuages serait-il la solution àla sécheresse en Afrique du Sud ? La question se pose. La technologie consiste à injecter dans les nuages des cristaux de sel qui agissent comme noyaux de condensation et provoquent des pluies. L'opération s'effectue à l'aide d'un avion ou d'une fusée qui largue les cristaux.

Selon Nico Kroese, du service sud-africain de météorologie, le pays a étudié cette technique dès les années 1970, mais a dû abandonner sa recherche par manque de fonds. « La technique qui marche la mieux est celle qui utilise l’avion parce qu'avec les instruments à bord des appareils, on peut déterminer avec précision où est l'endroit le plus propice dans le nuage pour larguer les cristaux. Si vous me demandez si ça marche à 100%, la réponse est non, mais cela marche un bon nombre de fois. Le problème c'est que cela coûte cher », explique-t-il.

Financement, mais également mauvaise presse. L'ensemencement des nuages est perçu par le public comme étant une source de pollution. Parmi les scientifiques, les avis sont partagés sur l'efficacité du procédé ainsi que sur son impact sur l'environnement.

► A (RE)ECOUTER : La sécheresse fragilise l’agriculture sud-africaine