Procès d'Hissène Habré à Dakar: ses avocats dénoncent une «mascarade»

Le tribunal de Dakar où se tient le procès de l'ancien président tchadien Hissène Habré.
© AFP/SEYLLOU

A Dakar, le procès d’Hissène Habré reprend lundi après deux mois de suspension pour permettre à toutes les parties de préparer les plaidoiries. Jugé pour crimes contre l’humanité, crimes de guerre et torture, l’ex-président du Tchad sera défendu par les trois avocats commis d’office désignés en juillet après le refus des avocats officiels de plaider. Ces derniers ont organisé une conférence de presse ce jeudi dans la capitale sénégalaise pour annoncer, à nouveau, qu’ils ne reconnaissaient pas les Chambres africaines extraordinaires.

C’est dans un grand café de la capitale sénégalaise, sans leurs traditionnelles robes noires, que les avocats d’Hissène Habré ont organisé leurs plaidoiries. « Je parle bien de plaidoiries parce que nous ne reconnaissons pas les Chambres africaines qui ont mené une procédure inéquitable », affirme Maître François Serre.

Idriss Déby financeur du procès

L’avocat a remis en cause tout le procès : son accusation, tous les témoins. Il accuse aussi le chef d’Etat du Tchad Idriss Deby d’avoir financé cette cour et de ne s’être pas présenté à la barre. « En l’absence d’Idriss Déby qui avait subventionné largement à coup de milliards de francs CFA ces Chambres africaines, la mascarade de sa prétendue venue pour témoigner, nous avons en définitive assisté à une véritable mascarade honteuse dont le seul objectif était d’éliminer un homme », dénonce-t-il.

« Gesticulations »

Du côté de la cour, on parle de « gesticulations ». « Ça n’a aucun impact. Vouloir réduire le financement du procès à M. Idriss Déby, c’est faire preuve de malhonnêteté intellectuelle », réagit Marcel Mendy, porte-parole des Chambres africaines extraordinaires.

Le verdict connu, normalement fin mai, les avocats d’Hissène Habré ont visiblement prévu d’attaquer la cour sur une question de droit. Ils estiment que la liste des témoins aurait dû être transmise à Hissène Habré avant le début de son procès. Cette erreur pourrait d’après eux faire annuler toute la procédure.

► A (RE)LIRE : [Exclusif] Hissène Habré: le témoignage d’un ancien de la présidence