Présidentielle au Congo-Brazzaville: Kolélas et Miérassa, candidats

Guy-Brice Parfait Kolélas, ancien ministre et fils d’un ancien Premier ministre (ici sur la photo, en 2007) a présenté sa candidature à l'élection présidentielle anticipée prévue pour le 20 mars 2016 au Congo-Brazzaville.
© AFP / Martin VAN DER BELEN

Au Congo-Brazzaville, l’élection présidentielle anticipée est prévue pour le 20 mars. Les opposants, qui doivent affronter le président Denis Sassou-Nguesso, investi par son parti mais qui n’a toujours pas fait acte de candidature, multiplient les candidatures. Les deux dernières en date sont celles de Guy-Brice Parfait Kolélas et Clément Miérassa qui ont été annoncées, samedi 6 décembre, à Brazzaville.

Guy-Brice Parfait Kolélas, ancien ministre et fils d’un ancien Premier ministre, a choisi le Palais des congrès pour son investiture par la Conférence des démocrates humanistes africains (CODEHA).

Ses milliers de militants qui ont fait le déplacement ont bien suffoqué dans une salle où la climatisation ne s’est presque pas fait sentir. Il s’engage dans la course mais reste convaincu que les conditions d’organisation d’une bonne élection ne sont pas réunies.

« En effet, l’absence d’un recensement avec émission des cartes biométriques jette un doute sur la fiabilité du fichier électoral », a-t-il déclaré sous des acclamations.

De son côté, Clément Miérassa qui va se présenter pour la troisième fois à une élection présidentielle a fait simple. En effet, c’est devant un groupe de journalistes qu’il a annoncé sa candidature.

« Tout en mesurant le poids de la responsabilité qui m’engage, j’ai pris la décision de faire acte de candidature à l’élection présidentielle de 2016. Au vu de la situation actuelle de notre pays, il nous faut agir mais agir pour le changement et la rupture », a martelé Clément Miérassa.

Tous deux membres des deux principales plateformes de l’opposition congolaise, Guy-Brice Parfait Kolélas et Clément Miérassa appellent leurs militants à envahir les centres d’enrôlement.