Mali: à Kidal, le Gatia et les rebelles tombent d’accord

Un drapeau du MNLA, dans les rues de Kidal.
© AFP PHOTO / KENZO TRIBOUILLARD

Les tensions se sont apaisées à Kidal, dans le nord du Mali, entre le Gatia, un groupe armé pro-Bamako, et les rebelles. Les deux factions ont signé samedi 6 février un communiqué conjoint, synonyme de paix.

A Kidal, c'est l'heure est à l'apaisement. Après l'entrée sans violence en début de semaine de plusieurs centaines d'hommes armés appartenant au Gatia, un groupe armé progouvernemental, les rebelles avait haussé le ton. Les groupes rivaux ont signé samedi un communiqué joint en faisant la paix.

Le Gatia fait une concession, son dispositif militaire présent à Kidal sera allégé. Il n’y a pas d’autres détails sur ce point dans le communiqué, mais cela signifie qu’une partie des soldats venus en début de semaine à Kidal se retirera de la ville.

Les deux groupes rivaux d’hier mettent totalement balle à terre et se donnent même la main. Ainsi, les éléments des groupes armés pro-Bamako présents à Kidal intègreront les structures chargées de la gestion locale.

Par ailleurs, les deux parties réaffirment leur engagement à résoudre tout différent entre elles par la voie du dialogue. La tension baisse donc à Kidal et le processus de paix devrait pouvoir se poursuivre.

Oui pour la libre circulation des civils, oui pour l’application de l’accord d’Alger, peut-on également lire dans le communiqué conjoint, mais les deux camps font désormais des accords d’Anefis leur première Bible.

Anefis est une localité située au sud de Kidal où il y a environ deux mois, les factions armées rivales du nord ont mené entre elles des négociations directes de paix, sans la participation du gouvernement malien.