Reprise du procès d'Hissène Habré au Sénégal

Le tribunal de Dakar où se tient le procès de l'ancien président tchadien Hissène Habré, le 21 septembre 2015.
© AFP/SEYLLOU

Le procès de l'ex-dictateur tchadien Hissène Habré, poursuivi pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et actes de tortures par les chambres africaines extraordinaires, reprend à Dakar après deux mois d’interruption. Une semaine pas plus, a insisté le président de la cour, qui sera découpée en trois actes.

Après l'audition de 90 témoins et deux mois de suspension, l'heure des plaidoiries a sonné dans le procès Habré qui se tient à Dakar depuis le mois de juillet dernier. Hissène Habré, ancien président du Tchad, est jugé pour crimes contre l’humanité, crimes de guerre et torture, commis entre 1982 et 1990.

Les avocats de toutes les parties ont eu deux mois pour préparer leurs plaidoiries. Ils ont maintenant une semaine pour faire entendre leur voix. Car, après les allongements de calendrier durant les auditions, le président de la cour a été très ferme avec toutes les parties : cinq jours ont été prévus pour ces plaidoiries et ce timing sera respecté. Concrètement, trois actes vont se jouer cette semaine.

Les avocats des victimes seront les premiers à s'exprimer lundi et mardi. Pour eux, la culpabilité d'Hissène Habré a été démontrée avec l'audition des témoins. Il n'y a plus l'ombre d'un doute, dit même l'un d'eux. Il cherchera, comme ses confrères, à obtenir une condamnation de l'ancien dirigeant tchadien.

« Même avec le temps, on a eu la confirmation de ce qu’Hissène Habré a commis », explique Maître Henri Beautier qui poursuit : « Les victimes attendent, confiantes, un verdict qui va faire condamner Hissène Habré. »

La défense plaidera l'acquittement

Mercredi, le parquet prendra à son tour la parole. Des fuites dans la presse sénégalaise laissent entendre qu’il demandera une lourde peine.

Enfin, viendra le tour des trois avocats commis d'office de l'accusé. Des avocats désignés après le refus de ceux qui avaient été mandatés initialement de participer au procès.

Ils n'ont jamais eu de contact avec leur client, qui s'est muré dans le silence depuis le début du procès, mais ils ont fait savoir qu'ils allaient plaider l'acquittement, convaincu de l'innocence d'Hissène Habré concernant les faits qui lui sont reprochés. « Nous sommes sereins, nous sommes absolument persuadés de l’innocence du président Habré. Nous allons donc plaider l’acquittement », indique Maître Munir Balal.

Le sort de l'ancien dirigeant tchadien devrait être fixé d'ici la fin du mois de mai.