RDC: 10 ans après la mort de Kabungulu, sa famille veut la vérité

En juillet 2005, le défenseur des droits de l'homme congolais, Pascal Kabungulu, était assassiné. Aujourd'hui, ses proches attendent toujours la vérité et un procès.
© Getty Images/ Spaces Images

L'attente toujours pour la famille de Pascal Kabungulu. Ce défenseur des droits de l'homme en République démocratique du Congo avait été assassiné chez lui à Bukavu en juillet 2005. Aujourd'hui, ses proches attendent toujours la vérité et un procès. Ils viennent de déposer une plainte auprès des Nations unies, en espérant que l'ONU fasse pression sur les autorités congolaises pour que l'enquête soit rouverte.

Pour la famille de Pascal Kabungulu, les autorités ont voulu enterrer l'affaire, car le travail du défenseur des droits de l'homme dérangeait. Peu de temps avant sa mort, il avait cité le nom d'un commandant militaire dans une affaire de corruption dans le secteur minier.

Pascal Kabungulu recevait régulièrement des menaces. Jusqu'à la nuit de l'assassinat que raconte son épouse Deborah Kitumaini Kassiba :

« C’était un samedi soir, on est allés se coucher. Et puis la nuit, on a entendu mon fils qui criait dans une chambre à côté. Il a dit " maman " et moi j’ai appelé son nom, je lui ai demandé ce qui se passait. Là, j’ai entendu une voix lui dire que s’il répondait, on le tuait. J’ai donc dit à mon mari qu’il y avait quelqu’un dans la maison et quand ils sont arrivés ils lui ont dit : " Aujourd’hui, on va te tuer. " »

Quelques jours après la mort de son mari, Deborah Kitumaini Kassiba a quitté son pays avec ses six enfants. Elle vit en exil au Canada, mais elle veut absolument savoir qui a commandité l'attaque. Problème : dix ans après l'assassinat de Pascal Kabungulu, le dossier de justice a disparu. En 2005, le vice-gouverneur de la région a été mis en cause, le dossier est alors passé d'un tribunal de Bukavu à une juridiction supérieure à Kinshasa et depuis il est perdu.